Sports

Kitenge Yesu met fin à sa longue carrière politique au lendemain de l’élection de Félix Tshisekedi à Présidence de l’UDPS.

Kitenge Yesu met fin à sa longue carrière politique au lendemain de l’élection de Félix Tshisekedi à Présidence de l’UDPS.Mission accomplie?

Le message que Kitenge Yezu a adressé à Félix Tshisekedi à cette occasion, est bien révélateur: Président de l’UDPS TSHISEKEDI Félix. Evénement attendu mais pas toujours certain, son plébiscite à la tête de l’UDPS, cocon dans lequel tu as grandi. Désormais, sans conteste, tu as donc en mains les trois leviers du pouvoir: Le Rassemblement (seule opposition crédible) / L’UDPS (premier parti, le Sphinx m’avait dit devant témoins «c’est le seul parti qui est jusque dans les foyers» / La plateforme électorale des tshisekedistes (exempte de casseroles). Je te félicite et je me flatte pour cette victoire historique; qui ouvre la retraite politique du Doyen.

Dans un communiqué aux termes bien choisis où chaque mot pèse, le Doyen du Rassemblement tranche «J’ai fait mon temps. Sans regrets ni amertume, je tourne la page de 59 ans d’engagement politique!

Désormais, je ne jugerai pas les gens dans l’univers politique sur la
base de leur appartenance à tel ou tel groupe, mais sur ce qu’ils y
font.»
Voici dans son intégralité, le communiqué du grand tomatier, qu’il a
fait parvenir au Phare…………
J’ai fait tout ce que j’ai pu. J’ai donné le meilleur de moi-même.
Cependant, j’ai fait mon temps.
Lorsque dans un pays, les émotions prennent le pas sur les idées, ce
n’est plus de la politique, c’est plutôt de la transe collective, du
gargarisme collectif ainsi se présente la scène politique congolaise.

Sans regrets ni amertume, je tourne la page de 59 ans d’engagement politique !
J’étais très jeune, 14 ans quand je suis rentré dans les Jeunesses lumumbistes.
A peine 16, dans la rébellion lumumbiste, pour venger l’assassinat de Lumumba.
J’ai été un acteur engagé et un témoin combatif.
Soldat du nationalisme, au propre comme au figuré, j’ai toujours été
très en avant, en première ligne, pendant la transition mobutiste,
pendant mon exil, au RCD, au Rassemblement et tout au commencement,
dans la rébellion de 1963.

C’est en cela que je maintiens un dialogue invisible et silencieux
avec Lumumba, avec mes compagnons d’armes. Soumialot, Gbenye, Kabila,
Kasongo, Masengo, Olenga, Kitungua, Kisonga, Mitudidi, Mandungu,
Kamanda, avec les camarades Mao, Chou En-lai, Gevara, Castro, Souslov,
Nyerere, Kawawa, Karume …; et possiblement, Mobutu.
Je demeure un homme de gauche, marxiste-Iéniniste et même maoïste,
pourquoi pas? Humaniste bien sûr. Je crois au marxisme. Car malgré la
fin du socialisme, le capitalisme est agonisant depuis 10 ans.
Je ne renie ni ne renierai mes convictions.
Mais, le temps où je passais mon temps à élaborer des stratégies sans
arrêt, nuits et jours, est révolu.
Tout comme le temps des antagonismes car, finit pour moi, l’engagement
militant.
Je suis fier de mes 59 années de carrière politique.
Mais, ai-je réellement fait mon temps? Seul, le temps nous le dira.
Ma décision est une décision bien murie.
Ma décision est une décision prise en toute liberté et en toute indépendance.
Ma décision reste une décision personnelle.
Je garde mon sang de guerrier. Mais ma passion pour la politique n’est
plus aussi vive.
Je choisi de m’occuper de ma famille.
Place aux jeunes, à mes jeunes de talents! Qu’ils me fassent confiance
car à proprement parler. Il n’y a pas péril en la demeure, pour
personne. Ni dans la famille politique, encore moins dans la
sous-famille. Mais, il y a nécessité pour eux de restaurer à tout prix
des valeurs morales en politique, enjeu fondamental dans la crise où
nous sommes.
L’avenir de la Convention des Républicains «CR», devra sans tarder
être ainsi poursuivi par des jeunes et par les plus expérimentés
auxquels je confie leur encadrement. Il y va de mon honneur.
Quittez la politique, elle s’occupera de vous, dit un adage. Mon
retrait de la politique endiablée ne signifie donc pas la fin de
l’intérêt pour elle. Je ne me détourne pas de mon rôle d’influence
Je pourrai me convertir à l’humanitaire ou m’orienter vers le
règlement pacifique des conflits.
Désormais, je ne jugerai pas les gens dans l’univers politique sur la
base de leur appartenance à tel ou tel groupe, mais sur ce qu’ils y
font,
Pouvoir au peuple!
AVEC DIEU

KITENGE YEZU
Ambassadeur