Sports

La Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO) condamne l’enlèvement d’un prêtre catholique dimanche 2 Avril dernier à Rutshuru (Nord-Kivu) après avoir célébré la messe pascale dans une paroisse.

La CENCO exige la libération immédiate et sans conditions  de l’abbé Célestin Ngango. Dans un communiqué ce mardi 3 avril, les évêques  demandent également aux autorités congolaises de prendre leur responsabilité, celle de protéger les citoyens et leurs  biens surtout dans l’est de la RDC.

 « La CENCO condamne l’enlèvement de l’Abbé Célestin Ngango et exige sa remise en liberté  immédiate. Elle rappelle que les prêtres sont des personnes  consacrées à Dieu pour être aux services des autres. Les empêcher de travailler, c’est priver à beaucoup de nos compatriotes de nombreux bienfait (…) Elle (CENCO) demande aux autorités compétentes de prendre leur responsabilité en main en assurant la protection des citoyens et leurs biens, particulièrement dans le Nord et Sud-Kivu, ainsi que dans l’Ituri», dit le communiqué de la CENCO signé par son secrétaire général, Abbé Donatien Nshole.

Selon le vicaire général du diocèse de Goma, Louis De Conzague, les ravisseurs de l’abbée Céléstin Ngango exigent une rançon de 500 000 dollars pour libérer l’otage.

Par la même occasion, la CENCO rappelle qu’elle est sans nouvelles de 5 autres Pères assomptionnistes  dont Jean-Pierre Ndulani , Edmond Kisughu et Anselme Wasukundi enlevés  depuis 19 Octobre 2012 dans le territoire de Beni.

Auguy Maudiayi